Démarrer et utiliser l’ordinateur à distance

Il est tout à fait possible de nos jours de démarrer l’ordinateur qui est chez soi et de l’utiliser si on est à des milliers de kilomètres, à condition que l’ordinateur de la maison soit connecté à Internet et que l’ordinateur (ou le téléphone!) à partir duquel on envoie les commandes soit connecté aussi.

Je parle ici d’un contrôle total, car il existe des logiciels pour accéder seulement aux fichiers multimédia d’un ordinateur allumé, par exemple.

Pour cela, il faut utiliser une connexion réseau filaire (le Wi-Fi ne peut pas le faire) connectée au PC.

1. Activer l’option « Wake on LAN » du BIOS, en vous référant à sa documentation spécifique.  Si elle n’est pas présente, il s’agit soit d’un PC ancien (ou pauvre en fonctionnalités), soit d’un ordinateur portable.  Dans ces cas, vous pouvez abandonner, le reste ne fonctionnera pas.

2. Un PC éteint n’a pas d’adresse IP.  On ne peut pas s’adresser à lui directement.  Pour cela, il faut que votre routeur diffuse un « paquet magique » à tout votre réseau (même si vous n’avez qu’un seul ordinateur!), dans lequel la carte réseau de votre ordinateur reconnaîtra si c’est elle qui doit se réveiller.
Il faut se procurer l’adresse MAC de la carte réseau qui est connectée à Internet: lancer une invite de commandes, puis taper ipconfig /all.
L’adresse MAC est dans la rubrique « Adresse physique ».  Par exemple, 12-34-56-78-9A-BC
Encore une fois, si vous avez plusieurs cartes réseau, il faut prendre celle qui correspond à la carte connectée en filaire à Internet.

Retenez aussi votre adresse IP externe.  Si vous n’êtes pas en mode routeur, elle est listée par la même commande.  Dans le cas contraire, vous l’avez de toute façon dans l’interface de gestion de votre FAI.
Si vous avez une adresse fixe, c’est pratique; si vous avez une adresse variable, c’est bien plus compliqué, car le démarrage à distance ne fonctionnera plus si votre adresse a changé entre-temps, à moins de contourner ce problème par d’autres méthodes.

3. Activer l’option routeur sur votre modem – boîtier multiservices.  Pour Free (Freebox 4 uniquement, car à partir de la Freebox 5, le mode routeur fonctionne par défaut), elle est dans l’interface de gestion, Internet, Configurer mon routeur Freebox.  Activer le service et cocher Proxy WOL (Wake On Lan) activé.  De plus, si vous utilisez des logiciels qui acceptent des connexions entrantes (par exemple, un logiciel de partage de fichiers), vous avez intérêt à rediriger les ports vers le la nouvelle adresse en 192.168.  Le port TCP 5900 doit aussi être redirigé, comme on le verra plus loin.  Valider et redémarrer le boîtier pour prendre en compte les nouveaux paramètres.

Interface de gestion Freebox

4. L’ordinateur cible doit être en veille prolongée (ou étent).  Sur l’autre ordinateur / téléphone portable, aller sur un des sites suivants:
http://text.dslreports.com/wakeup
http://www.depicus.com/wake-on-lan/woli.aspx
http://wakeonwan.webou.net/

La dernière adresse est la seule à permettre de créer un raccourci, ce qui évite la saisie des paramètres la prochaine fois.

Alternativement, on peut utiliser le logiciel JWakeMe qui envoie le paquet magique de réveil à la place d’un serveur Internet.

Introduire l’adresse IP, l’adresse MAC selon le format demandé, éventuellement le réseau 255.255.255.255 et le port 9
Votre ordinateur devrait redémarrer tout seul!

Si cela ne fonctionne pas comme prévu, il faut jouer avec la gestion de l’alimentation de la carte réseau: Panneau de configuration, Réseau et Internet, Connexions réseau, puis clic droit sur votre carte réseau, choisir Propriétés, appuyer sur le bouton Configurer, puis aller dans l’onglet Gestion de l’alimentation: en général, il faut cocher les 3 cases.


De plus, sur certaines cartes réseau, il faut désactiver une autre option qui se trouve dans l’onglet Avancé : Wake on pattern match.

 

Pour information, j’ai laissé ces options par défaut sous Windows 7, ce qui me permet de sortir l’ordinateur de veille prolongée, mais pas de le démarrer s’il est arrêté.  Cela ne me pose pas un problème particulier car je le mets toujours en veille prolongée, mais si je trouve le bon réglage pour tous les cas, je rectifierai cet article.

Une fois l’ordinateur allumé, comment voir ce qui est à l’écran et le commander?  Il y a principalement deux protocoles:

1. Le protocole de Windows, actif par défaut, qui a l’avantage d’être opérationnel sans autre installation.
Cependant, si j’ai pu accéder à un ordinateur sous Windows XP avec le logiciel Shape Services TsMobiles, cela ne fonctionne plus pour un ordinateur sous Windows 7 / Vista (peut-être qu’il est nécessaire que le compte utilisateur soit protégé par un mot de passe).  Mais il devrait fonctionner à partir d’un PC sous Windows, grâce au logiciel Connexion Bureau à distance.

2. Le protocole VNC, qui présente une grande compatibilité entre les systèmes, mais qui nécessite l’installation d’un serveur VNC sur la machine qui sera contrôlée: par exemple, UltraVNC.  De plus, il faut ouvrir les ports entrants (par exemple TCP 5900) sur l’ordinateur qui sera contrôlé, dans le pare-feu, mais aussi sur le routeur!

On peut accéder à cette machine par le truchement d’un client VNC.  Par exemple:
le client d’UltraVNC installé sur l’autre ordinateur
Remote Access Tools (anciennement Shape Services) VNC+ pour des téléphones Java
VNCviewer pour Maemo
etc.

Source et plus de détails: http://www.aduf.org/viewtopic.php?t=50695

Article mis à jour le : 2013-01-13

Blogged with the Flock Browser
Publicités

Une réflexion au sujet de « Démarrer et utiliser l’ordinateur à distance »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s